Tai Chi Chuan  Logo Tai Chi Chuan

Découvrir le Tai Chi Chuan

Littéralement traduit, Tai Chi Chuan veut dire « Boxe du faîte Suprême ». Art Martial chinois interne, technique de combat à main nue, il représente un concept millénaire chinois de l’univers, vu dans son dynamisme. Ainsi selon la conception chinoise, le cosmos repose sur un système binaire que symbolisent les deux principes actifs complémentaires, le Yin et le Yang. De cette dualité découle la création.
Le Tai Chi Chuan est un art de combat qui applique les principes suivants : dynamisme, circularité, alternance, transformation, dualité,…
Il fait usage et développe l’énergie intérieure du pratiquant par un travail du souffle. Cette énergie appelée CHI (QI), est l’énergie innée avec laquelle nous sommes tous nés. Par l’entrainement, n’importe qui peut sentir cette énergie, la développer et l’utiliser. Il s’apparente aux techniques taoïstes de longévité et, est aussi considéré comme Art Martial de Longévité.

Cette discipline est vieille de plusieurs siècles.
L’histoire raconte traditionnellement qu’un moine taoïste, Zhang SANFENG, (12ème, 13ème siècle) du monastère du Mont Wudang situé dans le Hubei au nord-ouest de la Chine, aurait créé cette technique après avoir observé un combat entre un oiseau et un serpent, combat à l’issu duquel il aurait constaté la supériorité de la souplesse sur la rigidité, l’importance de l’alternance du Yin et du Yang, l’efficacité du mouvement circulaire.
Le Tai Chi Chuan est probablement le fruit d’une longue maturation, à travers les siècles, qui a réuni, pour une plus grande efficacité, les techniques de longévité taoïstes et la technique martiale.
Au 19ème siècle, Yang LUCHAN (1799-1872), fondateur de l’école Yang, surnommé
« Yang l’invincible », obligé d’enseigner malgré lui le Taï-chi-chuan à la garde impériale de la dynastie Qing, et pour garder la quintessence de son art, modifie volontairement la technique en la simplifiant.
Cette technique se développe d’abord en Chine, puis arrive chez « Nous » par un de ses petits-fils, Yang CHENGFU (1883-1936), puis d’autres écoles avec Yang ZHENDUO, Ding DAHONG,… Aujourd’hui, le petit fils de Yang CHENGFU, Yang JUN continue de développer cette école à travers le monde.
Mon Maitre, Raymonde HELIES, disciple de Yang JUN ainsi que mon ami et professeur Gabriel MARADAN, m’ont fidèlement transmis cette forme des 108 mouvements que je m’efforce de transmettre à mon tour.

TaiChiChuan1
Pratiquer le Tai Chi Chuan

C’est trouver un équilibre dans l’harmonie Corps-Esprit-Respiration à travers des mouvements lents relaxés, souples, fluides, qui revitalisent et renforcent le corps, aident à se concentrer et à se détendre.
La respiration est lente, douce, basse et l’intention, le YI, donne du sens à la pratique, des sensations. On entre en relation Corps-Esprit-Respiration à travers un geste conscient.
Cet art martial qui puise son principe du taoïsme « le non-agir » renforce notre Chi (Qi), notre énergie vitale, c’est l’art de « l’inaction ».
Le mouvement est externe, l’énergie est interne, on apprend l’externe pour arriver à l’interne, autrement dit « le lâcher-prise ».
Le corps vit le Tai Chi Chuan, c’est le ressenti, on vit l’instant présent et déjà on laisse le passé et…
La pensée écrit le Tai Chi Chuan, c’est accepter pour avancer…
Pratique de la forme, de l’espace, de la souplesse, du calme intérieur acquis à travers un ressenti et une visualisation :
            « Tout le corps disparaît, seule la conscience reste. »

Trois principaux axes à la pratique du Tai Chi Chuan :
      -    La Santé ;
      -    L’Art Martial ;
      -    La Philosophie.

Certaines variantes permettent l'usage des armes (bâtons, épée, sabre, éventail,...), d'autres formes comme le travail à deux, le tui-shou, permet d'approfondir sa pratique, de comprendre le souple/ le rigide, le yin/ le yang, le vide/ le plein,...

De multiples facettes :
      -    énergétiques ;
      -    self défense ;
      -    relaxation ;
      -    amélioration de la santé ;
      -    amélioration de la concentration ;
      -    apaise l'esprit ;
      -    développe la conscience ;
      -    révèle l'instinct naturel, la spontanéité ;
      -    ...

Une pratique régulière permet :
     -    de s'enraciner ;
     -    de trouver notre équilibre ;
     -    de trouver notre puissance sereine ;
     -    de trouver la paix du cœur et de l'esprit ;
     -    de trouver notre unité corps-esprit,
     -    ...

C'est une discipline généreuse qui nous donne beaucoup de joie, qui demande persévérance, rigueur, continuité,...
Par la méditation, le corps se relâche, on peut dire que le Taï-chi-chuan est une  « méditation active ».  Le relâchement, « song », permet fluidité et coordination des mouvements. Il nous permet aussi de cultiver notre Jing pour la transformer en Fa-Jing.

TaiChiChuan3

Elle peut être pratiquée par tous, à tout âge, et quelle que soit la condition physique. En Chine, cette discipline est pratiquée dès l'aube dans les squares et les jardins. Elle conjugue méditation en mouvement, relaxation, concentration, détente, maîtrise de soi, intention, enracinement, relâchement,....
Plusieurs formes, 24, 48, 108 mouvements, et bien d'autres.
Différentes écoles, Chen et Yang pour les plus connues, différents styles, mais toujours un art martial interne, une technique de longévité, un chemin spirituel...

Recherche du bien-être, évacuation du stress, se relaxer, l'objectif de transformer son cœur et son esprit est de trouver le Bonheur, la paix intérieure.

« La route est longue qui mène à cette harmonie,
mais c'est une bien Belle Route. »


Marie-Paule PANZA.