La disparition de Clément Panza

Article D.N.A. du 22/04/2012

Un pionnier s’est éteint

Clément Panza a importé le judo et l’aïkido en Alsace. (Photo DNA)

Il restera à jamais celui qui a importé le judo, puis l’aïkido en Alsace. Maître Clément Panza s’est éteint, vendredi, dans sa 92 e année.
Clément Panza était un pionnier. Le diplôme qui lui a été remis en 1992 par la Fédération française de judo le certifie. L’homme a importé la discipline en Alsace en 1947 et fondé, deux ans plus tard, le Judo club de Strasbourg, la première structure de la région. Il fut aussi, au mitan des années 60, l’un des membres fondateurs du Judo club d’Obernai.

Ce statut de précurseur, de défricheur, Clément Panza l’avait chevillé au corps. C’est encore lui qui, en 1958, a implanté l’aïkido dans la région. Sportif accompli – il a pratiqué l’aviron, l’athlétisme, la natation, le football et le ski dans sa jeunesse, entraîné les basketteurs du Lycée Fustel-de-Coulanges dans les années 1970 –, arbitre et dirigeant aussi, Maître Clément Panza, 6 e dan de judo et d’aïkido, s’est éteint avant-hier. Il avait 91 ans.

Il a formé plusieurs judokas émérites
Ancien combattant – ses premières leçons, il les a données à l’école militaire de Strasbourg, où il était instructeur –, décoré de la médaille militaire, retraité de l’éducation nationale, Clément Panza a consacré sa vie au sport et formé plusieurs judokas émérites, parmi lesquels Bernard Messner, l’actuel président de la Ligue d’Alsace, ou Charly Dusch, ancien arbitre international.

Avec son épouse Monique, elle-même ceinture noire 3 e dan de judo, 4 e dan d’aïkido et professeur de yoga, il a eu trois enfants : Catherine, André et Marie-Paule. André et Marie-Paule n’ont pas manqué de marcher sur les pas de leurs parents. Le premier a été neuf fois champion du monde de boxe pieds — poings. La seconde a été vice-championne du monde de judo en 1980, à l’occasion des premiers Mondiaux féminins, et est récemment devenue la première Alsacienne à obtenir le 7 e dan.

Un immense serviteur du judo et de l’aïkido, qu’il pratiquait jusqu’à tout récemment, s’en est allé et c’est toute une région qui, aujourd’hui, est orpheline de cette figure de légende. à son épouse, à ses enfants, à sa famille et à ses proches, les DNA adressent leurs plus sincères et attristées condoléances.